Cryptomonnaies : la France, le nouvel eldorado des monnaies virtuelles ?

0

La France, qui a connu une crise sanitaire difficile, veut booster la relance de son économie. En effet, un secteur en particulier attire de plus en plus le gouvernement et c’est sans surprise la crypto monnaie qui fait encore parler d’elle. Cette attirance pourrait être un véritable tournant pour les crypto monnaies en France.

Vers une exonération fiscale des actifs numériques

Éric Woerth, le président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, a tenté l’ajout d’un amendement concernant les crypto monnaies le 11 juin 2021. Cette séance portait principalement sur un projet de loi concernant les finances rectificatives pour l’année 2021. Le gouvernement, le Sénat et l’Assemblée nationale se rejoignent chaque année pour travailler et voter la loi de finances pour l’année d’après.

C’est donc cette loi qui vient fixer les budgets des différents ministères, mais aussi sur les orientations stratégiques de l’économie publique. Ainsi, cette loi ne peut être modifiée durant l’exercice en cours à condition que des circonstances exceptionnelles se produisent. Étant donné que l’année 2021 est toujours impactée par la pandémie de la Covid-19, il est possible d’ajouter des modifications sur la loi de finances.

Une proposition du président de la Commission des finances

En soit, Monsieur Woerth veut ajuster le régime fiscal concernant les plus-values, peu importe le type de monnaies, quelles soient virtuelles ou traditionnelles, dès lors que celles-ci financent l’économie réelle. Cette proposition est vraiment bien accueillie en vue de la pression fiscale actuelle en France. Il est important de préciser que la France est le pays où les impositions sont les plus élevés. Les monnaies virtuelles ont de plus en plus la cote dans le monde entier, et même auprès des Français.

Ces derniers sont de plus en plus à investir dans les crypto monnaies et cet engouement n’est pas près de se terminer en vue des derniers chiffres annoncés par le rapport de crypto.com. En effet, sur les six premiers mois de l’année 2021, le nombre d’utilisateurs de monnaies virtuelles dans le monde a doublé pour passer à 221 millions. De nombreux acteurs spécialisés proposent, par exemple, d’avoir accès à une plateforme de crypto monnaie anonyme éviter la revente des données personnelles.

Une mesure pour compenser la politique de dépenses excessives

En 2020, pour subvenir aux besoins des nombreuses parties prenantes dans l’économie française, mais également pour d’autres points, la France a emprunté 380 milliards d’euros. En 2021, ce ne sont pas moins de 280 milliards d’euros qui ont été empruntés par la France, en l’espace d’à peine sept mois. À la fin du quinquennat de monsieur Macron, la dette publique sera probablement évaluée avec un supplément de 700 milliards d’euros.

Ces dépenses publiques excessives se traduisent par les mesures d’aides financières pour les nombreuses sociétés et employés qui ont subi des fermetures sur de longues durées, pour stopper la propagation du virus de la Covid-19. Ces dépenses doivent, tôt ou tard, être compensées et bien souvent, ces compensations se traduisent par une augmentation du système fiscal et des taxations.

Réduire la pression fiscale des crypto monnaies, une bonne solution ?

Comme dit plus haut dans cet article, la France est un des pays où la fiscalité est la plus élevée. Par exemple, là où les sociétés des autres pays de l’Union européenne paient environ 300 milliards d’impôts, en France, ces dernières en paient plus de 400 milliards d’euros. Il est donc nécessaire de réduire cette pression fiscale sur les contribuables.

Il est important de noter que les cryptomonnaies ont ouvert de nouvelles opportunités auprès des entreprises en termes financiers. En effet, ces monnaies virtuelles ont un potentiel dans la réalisation d’apports en actifs numériques. Ainsi, la réduction du taux d’imposition sur ces dernières concernant les plus-values serait intéressant économiquement parlant.

Actuellement, le taux d’imposition sur les plus-values des crypto monnaies est établi à 30 %. C’est le même taux d’imposition qui concerne les taxes du capital. Éric Woerth l’a bien compris, le taux d’imposition de la France à ce sujet n’est pas du tout compétitif vis-à-vis des autres pays de l’Union européenne. C’est pourquoi sa proposition d’exonération fiscale semble être une bonne solution pour amorcer l’arrivée d’investisseurs sur le sol français.

Une idée à développer pour les investisseurs étrangers

En développant l’idée du président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale aux non-résidents fiscaux français, cela permettrait d’aider la France à faire face aux lourdes dépenses engendrées par la crise de la Covid-19. En effet, pour bénéficier de cette défiscalisation, la condition est de devoir réinvestir les plus-values des actifs numériques dans l’économie réelle, suite aux retraits des bénéfices obtenus par les crypto monnaies.

En renforçant son attractivité fiscale auprès des investisseurs étrangers et sur ceux qui capitalisent dans les actifs numériques, la France gagnerait en popularité auprès de ces derniers pour devenir « the place to be« , ou l’endroit où il faut être, en termes d’investissements. Cette proposition offerte par monsieur Woerth est sans doute une solution crédible pour faire de la France un eldorado fiscal, tout en profitant de cette nouvelle économie pour les investissements étrangers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici