La CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) vient de proposer la création d’un fonds pour payer les loyers des entreprises fermées à cause de l’épidémie de Covid-19.

Pour sauver les commerces

En effet, la CPME souhaiterait que ce fonds soit financé par les géants de l’e-commerce. La confédération explique dans un communiqué qu’une solution est « en passe d’émerger avec les bailleurs institutionnels, la question reste pleine et entière pour les autres types de location commerciale. »

Toutes les organisations de bailleurs ont demandé aux propriétaires d’annuler au moins trois mois de loyers pour les plus petites entreprises qui ont été obligées de fermer depuis le début de la période de confinement. Effectivement, ces très petites entreprises qui faisaient appel à des logiciels de gestion comme Apogea pour gérer leur activité, ne survivront peut être pas à cette crise sanitaire et économique.

Cependant, plusieurs commerçants ont estimé que la proposition n’était pas suffisante car elle ne concernerait que les petites entreprises qui bénéficient d’un fonds de solidarité. C’est pourquoi, la CPME souhaite qu’un fonds financé par les assurances et par les grands de l’e-commerce soit instauré.

Des assurances qui n’en font jamais assez

« Les assureurs qui mettent en avant des arguments juridiques pour refuser l’indemnisation des pertes d’exploitation, auraient ainsi l’occasion de démontrer leur volonté de prendre part plus significativement aux efforts consentis par tous pour venir en aide aux plus petites entreprises », lance l’organisation.

Alors que les établissements bancaires ont augmenté les crédits accordés aux entreprises en difficulté grâce au dispositif de soutien lancé par l’Etat, les assurances semblent ne pas en faire assez et ne proposent pas d’autres solution pour répondre à la question de l’indemnisation.

La CPME en rajoute en dénonçant aussi le secteur de l’e-commerce : « De la même façon, les géants du e-commerce qui dans la période actuelle voient sensiblement s’accroître leur activité pourraient ainsi manifester leur solidarité avec les commerçants de proximité qui, eux, voient baisser sensiblement leurs volumes de ventes. »

La hausse de l’e-commerce pointée du doigt

Comme l’a relevé la CPME, le secteur de l’e-commerce ne connaît pas la crise. En raison d’un long confinement, les ventes alimentaires et non alimentaires en ligne augmentent jour après jour. En outre, il a été observé une hausse de plus de 40 % pour le commerce alimentaire en ligne et une hausse de 20 % pour le commerce non alimentaire en ligne.

De plus, le déconfinement ne sonne pas encore la fin des souffrances pour le commerce traditionnel. En effet, la peur d’une deuxième vague de contamination poussera certainement les français à poursuivre leurs achats sur internet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici