A qui demander conseil pour bien optimiser son épargne ?

0

Épargner est une solution qui permet de bénéficier de plus-values. Toutefois, il est généralement nécessaire de faire appel à des spécialistes pour optimiser ses placements financiers. Vers qui peut-on se tourner ? Quelle est la différence entre un conseiller et un gestionnaire en patrimoine ? A quel niveau faut-il être vigilant quant à son épargne ?

Le conseiller grand public

Le conseiller grand public est le plus souvent un banquier. En effet, au-deçà de 50 000 euros de patrimoine, voire 75 000 euros dans certains établissements, le client est considéré comme un client grand public. Ce cas concerne la majorité des Français. Votre principal interlocuteur vous propose alors diverses solutions de placements comme l’assurance-vie, les livrets, etc. Votre banquier ou votre assureur sont les intermédiaires les plus courants. Ces derniers sont rémunérés à travers les commissions et par conséquent, leurs services sont gratuits. Néanmoins, sachez que certains établissements proposent d’ores et déjà des offres de gestion de patrimoine en ligne au grand public.

La gestion patrimoniale : définition

Dès lors qu’on sort de la catégorie grand public et que le patrimoine excède les 50 000 ou 75 000 euros, il devient nécessaire d’avoir recours aux services d’un professionnel. Le conseil en gestion de patrimoine (CGP) est indispensable pour optimiser son épargne. Votre interlocuteur vous proposera des produits standardisés tout en prenant en compte vos spécificités comme la gestion sous mandat ou la défiscalisation, entre autres.

Bien qu’on estime que la banque garde la main dans la plupart des cas, les conseillers en gestion de patrimoine attirent ce type de clientèle qui souhaite bénéficier des meilleurs conseils étant donné que la moyenne de leurs placements s’élève à 80 000 euros.

Le service est offert car les prestataires se rémunèrent via les commissions, sauf lors de certaines exceptions comme le bilan patrimonial qui demeure payant.

La gestion privée

Lorsqu’un client présente un capital élevé, il entre alors dans la sphère de la gestion privée. Au niveau des réseaux bancaires, il quitte son agence et est redirigé vers une filiale spécialisée d’une banque privée. Autrement, la deuxième option consiste à se renseigner auprès des cabinets de conseils spécialisés dans une clientèle très haut de gamme.

A ce stade, il n’est plus question de proposer des produits standards, mais de présenter des solutions sur-mesures qui permettent d’optimiser les placements. Les conseillers sont alors dédiés à traiter certaines problématiques liées non seulement aux finances, mais aussi à la fiscalité à tout ce qui touche le côté juridique.

En fonction des différents établissements, le seuil d’entrée varie entre 500 000 euros et 1 million d’euros. Enfin, il existe d’autres types de gestion comme la gestion de fortune ou la family office qui concernent les personnes les plus fortunées.

Comment bien optimiser son épargne ?

Optimiser son épargne signifie faire croître son patrimoine. Par conséquent, il faut être vigilant quant à ses placements. Voici quelques astuces de base pour ne pas se faire écraser par les frais et la fiscalité.

Retirer les gains de l’assurance-vie sans payer d’impôts

Pour le moment, l’assurance-vie n’est pas encore touchée par la fiscalité. Pour en profiter, il faut se concentrer sur les rachats (retraits sur un contrat de plus de huit ans). Dans ce cas, vous pouvez bénéficier d’un abattement à l’année de 4 600 euros pour une personne célibataire et de 9 200 euros pour un couple.

Le livret d’épargne

Le livret d’épargne populaire est réservé aux épargnants les plus modestes. Si on compare avec un livret A et au LDD, vous pouvez bénéficier d’une rémunération plus intéressante (bonus de 0,5 points sur un taux à 1,5 %). Il faut cependant bien vous renseigner quant aux conditions d’éligibilité.

Bourse

Les investissements en bourse sont de plus en plus fréquents. Lorsqu’on n’a pas le temps de se former et de suivre l’évolution des cours, la meilleure solution est d’avoir recours à un courtier en ligne et de placer ses gains sur un plan d’épargne en actions qui permet de défiscaliser ses plus-values.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici