Reconversion professionnelle : que savoir avant de tenter ?

0

Le bonheur au travail passe parfois par un renouveau complet. Les dernières années ont marqué une hausse importante des actifs se lançant dans une reconversion professionnelle. Ce nouveau projet de vie peut toujours en déstabiliser certains, qui préfèrent se poser les bonnes questions avant de se lancer. Des nouveaux statuts à réfléchir aux aides potentielles, voici quelques pistes à envisager.

Pourquoi opter pour une reconversion professionnelle ?

Depuis le confinement de 2020, tout particulièrement, le nombre d’actifs optant pour une reconversion professionnelle est en hausse. Ce serait près d’1 travailleur français sur 5, même, qui opte pour ce nouveau projet de vie. Plusieurs raisons l’expliquent. Les travailleurs, d’abord, remettent au cœur de leur priorité leur bien-être au travail et au quotidien. Beaucoup, confrontés au télétravail ou au chômage à cause de la crise sanitaire, prennent le temps de repenser leurs ambitions.

Parfois, ce qu’ils espéraient et la réalité de leur métier ne coïncident pas. Dans ces cas-là, ils se tournent alors vers de nouvelles formations pour s’offrir un nouvel avenir professionnel. D’autres, encore, ont pris le temps ces derniers mois de développer des projets. Des boutiques en ligne se développent, des univers digitaux se créent – bref, les opportunités sont multiples. Pour ces actifs qui se redécouvrent, la reconversion professionnelle peut tomber comme une évidence.

Elle est, en prime, parfois moins compliquée à enclencher qu’on ne se l’imagine. Avant de se lancer dans cette démarche, toutefois, il est bien sûr nécessaire de se poser les bonnes questions. C’est important, pour ne pas perdre la motivation, de bien définir son projet et ses ambitions. Il faut prendre en compte l’impact d’une nouvelle activité, avec la période de transition qui en découle forcément, sur sa vie personnelle. 

Création d’entreprise en auto-entrepreneur : le statut qui plaît

Si la reconversion professionnelle s’ouvre à autant d’actifs, c’est également grâce à l’essor d’un statut spécifique. L’auto-entreprenariat, en effet, n’a jamais été aussi populaire. En 2020, ce sont 30 % des personnes en reconversion professionnelle qui ont opté pour ce type de projet. La majorité des nouveaux entrepreneurs sur le marché se lance parce qu’ils n’entretiennent plus le même rapport avec les grandes entreprises et les CDI. Beaucoup souhaitent avoir une activité qui a du sens, qui leur apporte, comme dit, une forme d’épanouissement professionnel.

La création d’entreprise n’est pas toujours facile, toutefois. D’autant plus quand seulement 57 % des entrepreneurs ont une réelle expérience dans leur nouveau secteur. Il est alors nécessaire de réussir à rapidement consolider son projet. Cela se fait de multiples manières, mais notamment en attirant des investisseurs. Dans ce cas-là, il est souvent nécessaire d’effectuer une estimation du prix d’une entreprise par des spécialistes, pour une valeur économique réaliste.

Parfois, c’est même une étape qui se réalise avant même de se lancer dans son projet de reconversion professionnelle. En effet, si l’individu est déjà chef d’entreprise, ou possède des actions de société, il doit réaliser cette évaluation avant de quitter son activité. Cela lui assure de s’engager dans son nouveau projet professionnel, par exemple, avec l’argent récupéré par la cessation de son ancienne PME. La question du financement, après tout, est souvent une question récurrente des actifs avant de se lancer dans leur reconversion.

Quels sont les financements possibles pour une reconversion ?

L’objectif, dans les dernières années, est de réussir à créer un monde du travail où l’actif continue de s’épanouir et de se former au fil de sa carrière. Pour cela, il a notamment accès à des formations pour améliorer ses compétences. Il peut aussi, grâce à celles-ci, entamer sa reconversion professionnelle. Il accumule, au fur et à mesure de sa vie active, des crédits qui lui permettent de financer ce type de formation.

Les aides à la formation pour sa reconversion

C’est l’étape essentielle pour ceux qui souhaitent se lancer dans une activité à l’opposé de l’actuelle. Ou, même, pour ceux qui souhaitent compléter leurs connaissances. Des capacités en marketing et gestion, par exemple, seront utiles pour lancer une activité commerciale et améliorer son chiffre d’affaires. Au-delà de ces financements et de ces aides pour s’engager dans la reconversion, c’est le lancement de la nouvelle activité qui peut être soutenue.

L’appui financier ou matériel des régions pour la reconversion

De nombreuses régions, en effet, participent à l’effort financier des porteurs de projets. La création d’entreprise, par exemple, peut être soutenue par des aides financières pour s’implanter ou embaucher du personnel. Les régions peuvent également participer à se procurer une aide matérielle ou un accompagnement professionnel. Des locaux, par exemple, peuvent être réservés à ce type de projets créateurs. Des dispositifs mutualisés entre divers organismes, tels que des pépinières et des conseils régionaux, viennent finir de donner le premier essor à ces reconversions.

Un soutien pour une démission liée à un projet professionnel

L’actif ne doit donc pas craindre de se lancer dans son nouveau projet. Il aura, d’une manière ou d’une autre, des appuis sur lesquels compter. Même s’il doit quitter son emploi actuel, par ailleurs, il peut bénéficier des aides de Pôle Emploi. Pour cela, il doit toutefois pouvoir démontrer de la viabilité de son projet de création d’entreprise avant sa démission. Finalement, c’est là l’enjeu de toute reconversion professionnelle. Réfléchir au projet, le construire sereinement, et se lancer en étant bien accompagné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici