L’immobilier breton, un plan d’investissement en plein essor

0

Après la crise sanitaire, les priorités des Français ont changé. Pour beaucoup d’entre eux, ces mois confinés ont réaffirmé ou fait naître cette volonté de profiter de son territoire national. Surtout, de profiter des paysages qu’il offre et de ses grands espaces. Adieu, appartements parisiens minuscules. La Bretagne, avec ses champs et ses côtes, a sans surprise fait de nombreux intéressés. La région devient alors un lieu d’investissement à couver.

Rennes, Brest, Lorient : la location en pleine demande

Avec la rentrée universitaire qui approche, des milliers d’étudiants ont passé les dernières semaines à chercher leur nouvelle habitation. Si cette recherche d’appartements est déjà fastidieuse, la situation semble empirer d’année en année. La Bretagne, d’ordinaire moins tendue que d’autres régions, telles que l’impossible Île-de-France, souligne pourtant, elle aussi, un marché locatif en surchauffe.

La demande, accrue, s’ajoute à un marché locatif en plein essor. Sans surprise, le prix de la location immobilière s’est vu flamber face à la demande. La région affiche ainsi une marge de progression de 4,3 % en l’espace d’un an. Le loyer moyen gagne ainsi près de 30 euros mensuels supplémentaires. Charges comprises, il faut ainsi s’attendre à environ 578 euros par mois pour son loyer. Cette augmentation ne signe pas un ralentissement du marché, bien au contraire.

Les offres circulent bien plus rapidement, trouvant preneurs en l’espace de quelques semaines. S’installer à Rennes, ville étudiante par excellence, semble alors bien plus compliqué que ne l’espéraient peut-être les jeunes adultes. Pour les investisseurs, toutefois, la région signale une fois encore sa bonne position. En effet, le nombre de demandes reste très haut, pour un prix locatif plus élevé, avec une mise en location rapide, et ce, malgré une augmentation de 3,4 % de biens enregistrés.

Sans surprise, l’essor du marché immobilier breton a entraîné une augmentation de sa valeur. Toutefois, selon les villes et départements, cette hausse se tempère. Surtout, le taux de rentabilité sera souvent avantageux. En se référant à un catalogue, l’acheteur potentiel peut surveiller, par exemple, le prix immobilier de Lorient. Ainsi, malgré une augmentation de 4,18 % du prix de son mètre carré, la rentabilité d’un achat reste en moyenne de 6 à 8 %. Un facteur intéressant, considérant qu’il est pris en compte dans l’acquisition de crédit immobilier.

La Bretagne, terrain de jeu des résidences secondaires

Cette région, profitant des côtes Atlantique comme de la Manche, offre de multiples paysages exceptionnels. Appréciée lors des séjours et vacances à l’échelle nationale, la Bretagne gagne aussi de plus en plus de place dans des projets de longue durée. L’investissement locatif, par conséquent, ne fait que venir s’ajouter à un boom de l’achat immobilier personnel.

Depuis 2020 et la crise sanitaire, en effet, l’attrait des Français pour cette région ne diminue pas. Rennes se hisse ainsi facilement en première place des villes attractives. Sa liaison ultra rapide avec Paris, en l’espace de 2 heures en TGV, finit souvent de conquérir le cœur des Franciliens aux envies de Bretagne. À Vannes, encore, l’effet de cette année particulière s’est fait ressentir sur le marché. Des spécialistes immobiliers soulignent, par exemple, qu’un acheteur sur deux, aujourd’hui, n’est plus local.

Cela n’empêche pas les Bretons et locaux d’investir également dans la région. Les mouvements se font vers l’intérieur des terres, au sein des campagnes, autant que sur le littoral. Rennais, par exemple, n’hésitent pas à sortir de leur cadre urbain pour acheter une résidence secondaire dans la campagne à proximité. Ces résidences secondaires, aujourd’hui, ont volonté à devenir une habitation principale dans un futur plus ou moins proche.

Un fort déséquilibre entre demande et offre immobilières

Résidence secondaire, futur logement principal, investissement locatif : les opportunités immobilières sont donc nombreuses en Bretagne. Les intéressés se multiplient, alors que le prix du marché reste accessible. Tous les bons facteurs sont réunis, seulement, sans surprise, cette situation ne peut qu’entraîner une forme de contraintes. Les acheteurs, plus que jamais, doivent en effet se montrer particulièrement réactifs. Surtout, ils se retrouvent parfois à devoir prioriser leurs critères.

En effet, si le marché locatif est compliqué, l’offre de biens à vendre reste, elle aussi, en deçà de la demande sur le secteur breton. Les intéressés doivent ainsi être prêts à ne pas tenter de négociation ou à mettre de côté certain de leurs critères. Beaucoup font ainsi le choix d’être accompagnés dans ce processus d’achat par des spécialistes de la région, plus à même de déterminer les opportunités collant aux ambitions.

Dans quelle ville investir en Bretagne ?

L’ensemble des grosses villes, de Rennes à Brest, en passant par Lorient, sont d’un attrait particulier. Au-delà des étudiants, de nombreux Franciliens cherchent à se tourner vers ces nombreux espaces offrant un cadre de vie plus épanouissant. Certaines zones de la région savent toutefois convaincre plus que d’autres. Pour un investissement immobilier, elles seront donc plus intéressantes à réfléchir. Toutefois, elles demanderont, par la même, forcément un budget plus important.

C’est le cas, bien sûr, de Rennes, qui se place en tête des positions. L’expansion de la métropole gagne toujours plus d’importance. La hausse de son marché immobilier s’étend ainsi même aux communes de la première couronne. Des zones comme Bruz ou Pacé, au bout de cette délimitation, restent toutefois intéressantes. Toutefois, Lorient, Brest, Saint-Malo et Vannes confortent, elles aussi, leur position, avec un marché en forte valorisation.

Les résidences secondaires, elles, prennent facilement de prix sur les côtes, qu’elles soient dans le Finistère ou dans les Côtes-d’Armor. Les lieux d’intérêts touristiques, par exemple près de Trégastel, Douarnenez, Concarneau ou encore la presqu’île de Quiberon, seront également des endroits plus attractifs. La Bretagne, finalement, se place sans aucun doute dans les localisations phares où investir en 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici