Financement participatif : investir dans les énergies vertes

0

Récemment, le baromètre de GreenUnivers concernant le financement participatif des énergies renouvelables dans l’année 2020 a été publié. Le montant total collecté par les diverses plateformes est évalué à un peu plus de 100 millions d’euros. En cinq ans, les investissements de ce genre dans les énergies vertes ont été multipliés par dix.

Une façon originale et engagée de participer à la transition écologique

Les personnes qui s’engagent dans des investissements pour financer des projets d’énergies renouvelables, comme pour la construction d’une centrale solaire, participent tout bonnement à la transition écologique. En effet, certains considèrent même cet investissement comme étant une preuve d’engagement écologique. Permettre le développement de ces projets donne une réelle impression d’agir pour l’environnement.

Bien souvent, les plateformes de crowdfunding pour les énergies renouvelables donnent des indicateurs aux investisseurs comme le nombre de tonnes de CO2 évité grâce à leurs participations financières. Il est possible de faire un choix sur le type du projet, que ce soit pour un parc éolien ou une station hydraulique, tout comme le choix d’un projet de proximité ou plutôt international.

L’investisseur, grâce à sa participation financière, à un impact positif concernant la fameuse transition énergétique. Cet investissement original est novateur et séduit de plus en plus. Sur le marché de l’électricité pour les particuliers, il existe de nombreux fournisseurs qui proposent des énergies vertes à leurs clients, comme le fait Alpiq.

Le succès du financement participatif en France

Il n’y a aucun doute, le succès que connaît le financement participatif, depuis quelques années, est à l’origine de cet engouement autour de l’investissement participatif dans les énergies renouvelables. Rien qu’en France, c’est plus d’un milliard d’euros, tout secteurs mélangés, qui a été collecté par les plateformes de financement participatif en 2020. Cela représente une croissance de 62 % comparé à l’année 2019.

Pour rappel, le financement participatif peut aussi être nommé crowdfunding. Pour un porteur de projet, cela permet de demander le financement du projet avec des contreparties financières ou matérielles. Pour les énergies renouvelables, il y a deux formes de financement :

  • Le crowdlending : il se traduit par un prêt participatif. Le taux brut annuel annoncé par le porteur de projet est égal au rendement maximum. Il n’est pas possible, au contraire des actions, de dégager des bénéfices au-delà du taux défini ;
  • Le crowdequity : il se traduit par un financement sous forme d’actions ou de titres. C’est-à-dire qu’il est possible d’investir directement dans une entreprise, qui demande un financement, en échange d’une partie de son capital.

Un secteur bien encadré en France

Le crowdfunding en France est soumis à de nombreux encadrements et il est reconnu par le Ministère de la Transition Écologique (MTE). Cela commence par l’agrément des plateformes par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Certaines plateformes sont labellisées « Financement Participatif pour la Croissance Verte » par l’AMF. Ce label indique qu’il n’y a aucun défaut de paiement ou de remboursement sur ces dernières.

Il faut savoir que le Ministère de la Transition Écologique joue un rôle crucial dans les enjeux environnementaux actuel. En effet, voici une liste non exhaustive des missions de Barbara Pompili qui est la Ministre de la Transition Écologique :

  • La préparation et la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans de nombreux domaines comme le développement durable, les technologies vertes, la transition énergétique, et bien d’autres encore ;
  • L‘élaboration et la mise en œuvre de la politique de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique ;
  • La gestion des relations internationales concernant le climat puis une partie de négociation entre les différents pays ;
  • La surveillance de la mise en œuvre des accords conclus entre les différents pays ;
  • La promotion et le développement de l’économie sociale et solidaire ;
  • La participation à des programmes de recherche et d’enseignement.

L’importance d’une diversification dans les investissements

Le credo des investisseurs réside dans le fait de diversifier ses revenus, en ne se positionnant pas uniquement sur une seule et même action. C’est-à-dire qu’il est important d’investir sur différents types de placements. Par exemple, en investissant dans les énergies renouvelables, en plaçant de l’argent sur deux actions cotées en bourse et en recevant une rente de location immobilière. Ces investissements sont donc variés.

Il faut savoir qu’investir comporte des risques. Il est donc nécessaire de placer de l’argent, s’il y a la possibilité de le faire, en ayant conscience qu’il peut être perdu en toute somme ou partiellement. Ainsi, il faut prendre en compte sa situation personnelle et être financièrement prévoyant en cas d’une panne de voiture, par exemple, ou d’un changement de situation professionnelle.

La crise sanitaire est venue prouver que le secteur des énergies renouvelables s’est bien porté malgré une période de doute et de flou sur l’avenir. Avec un objectif « zéro carbone » pour l’année 2050 dans l’Union européenne, de nombreuses sociétés présentes sur le marché des énergies investissent dans de nouveaux matériaux afin de se rapprocher de la neutralité carbone demandée par les pays européens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici