Comment la loi Pacte veut-elle vous pousser à vous tourner vers l’épargne-retraite

Bruno Le Maire

La loi Pacte a été très longuement discutée et les débats ont fait rage entre ses défenseurs et ses détracteurs. Cependant, il y a un aspect de cette loi qui a été assez peu médiatisé, c’est celui de l’objectif affiché du gouvernement de pousser les Français à épargner pour leur retraite. Premier pas vers la privatisation du système social ou simple coup de pouce pour les retraités ? Les avis divergent et se confrontent.

La retraite par répartition

Actuellement, en France, l’épargne fonctionne sur le principe de la répartition. Vous ne cotisez pas chaque mois pour votre retraite personnelle, mais pour celle des retraités actuels. En échange, quand vous vous ouvrez le droit à une pension quand vous aurez atteint l’âge de la retraite. Cette pension sera alors payée par ceux qui travailleront encore à ce moment-là.

Ce système de répartition fonctionne plutôt bien et les travailleurs touchent tous leur retraite alors que les erreurs sont assez rares. En revanche, ce système présente l’inconvénient, selon un certain point de vue, de ne pas permettre de faire de profit. À l’inverse de l’épargne-retraite qui permet à l’organisme auquel vous confiez votre argent, de l’investir dans l’économie et la finance.

L’épargne-retraite, un procédé flou

Si les Français n’ont jamais été vraiment convaincus par l’épargne-retraite, c’est parce que la retraite par répartition fonctionne bien et que l’épargne-retraite est un procédé qui leur semble flou. Les plus experts des retraités préfèrent alors trader en ligne gratuitement eux-mêmes, plutôt que de passer par des fonds de pension qu’ils ne maîtrisent pas.

Cependant, le gouvernement et la loi Pacte ne semblent pas être du même avis. Comme nous le disions plus tôt, la retraite par répartition présente, dans une économie libérale, l’inconvénient de récupérer de l’argent chez les travailleurs pour le dépenser immédiatement dans les retraites, sans qu’il n’en reste un seul centime.

À l’inverse, l’épargne-retraite permet à chacun de cotiser pour sa retraite en plaçant de l’argent sur un compte dédié tout au long de sa carrière. Pendant ces 40 années de carrière, l’argent ne bouge pas et les services d’épargne qui le gèrent peuvent alors facilement l’investir où il le souhaite pour faire des bénéfices. L’argent n’est donc plus injecté dans l’économie réelle de la consommation quotidienne, mais dans les entreprises et autres fonds financiers.

Les risques de l’épargne-retraite

Cette épargne-retraite présente donc de grands avantages pour l’économie, la finance et les entreprises. C’est pour cette raison que l’article 20 de la loi Pacte prévoit de simplifier largement le recours à l’épargne-retraite pour que les Français y aient plus facilement accès et que leur argent soit plus facilement utilisable.

L’inconvénient qui subsiste, c’est que tous ces fonds de pension et autres produits d’épargne sont proposés par des entreprises privées. Ainsi, si une crise majeure, comme celle qu’ont connue les États-Unis en 2008, venait à pousser ces entreprises à la faillite, tous ceux qui auraient souscrit à leurs services perdraient immédiatement tout l’argent qu’ils auraient économisé. Une situation désastreuse dont souffrent aujourd’hui de nombreux seniors américains forcés de travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*