Industrie 4.0 et robotique : minimiser les coûts des entreprises

Robot collaboratif

L’usine du futur 4.0 ou usine connectée propose une révolution du process industriel, basée sur les nouvelles technologies et l’innovation. Gain de temps, productivité, risques limités… Retour sur un phénomène du futur qui va permettre à de nombreuses entreprise de minimiser leurs coûts.

L’usine 4.0

L’usine 4.0 est munie de robots industriels et de robots collaboratifs qui sont des unités flexibles entièrement automatisées et connectées. Les composants de ces unités communiquent les uns avec les autres, liant parfois l’humain pour la réalisation de tâches. Cette communication est le point central de l’Industrie 4.0. EN 2015, Emmanuel Macron, alors encore ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, proclamait : « Il faut remettre l’industrie au cœur de notre économie et l’homme au cœur de l’industrie. » Avant lui, Arnaud Montebourg avait creusé le même sillon. De fait, les usines sont en pleine mutation sur les plans organisationnel et technologique, et ce mouvement pourrait redéfinir en profondeur le rapport entre l’homme et les machines de production.

Cette révolution s’appuie sur des outils numérique afin d’apporter de l’aide aux chaînes de production en tant que production, adaptabilité et réactivité. Les robots sont de plus complexes, permettant de travailler seul ou d’aider un humain dans des tâches pénible, lui laissant ainsi le temps de vaguer à des activités à plus forte valeur ajoutée.

Des robots accessibles pour tous ?

Selon des études réalisées par ABI Research, les robots collaboratifs profiteraient en premier lieu aux petites et moyennes entreprises : «Les petites et moyennes entreprises sont à l’origine de la demande croissante de robots collaboratifs, car les cobots offrent des solutions qui permettent une fabrication plus flexible sans prise de risque financière trop importante quant aux volumes ou aux types de produits fabriqués», affirme le cabinet de recherche.

Les robots collaboratifs seraient également plus favorables à la croissance économique puisqu’ils permettent d’augmenter la croissance de l’emploi. En effet, ces derniers, contrairement aux robots industriels, nécessitent la présence d’un humain afin de pouvoir fonctionner. Très bien pensés, ils ne nécessitent pas de formation particulière ou de diplôme quant à leur utilisation. Ils sont donc à portée de main de nombreuses personnes.

Financièrement, les cellules robotisées collaboratives ont un coût nettement inférieur aux cellules robotisées traditionnelles.D’une part, des barrières de sécurité sont nécessaires au fonctionnement des robots industriels, ce qui demande de faire d’importantes économies. Ces dispositifs plutôt couteux n’étant pas obligatoires dans les projets intégrant un robot collaboratif. De plus, les cellules robotiques collaboratives, moins encombrantes, permettent de gagner 30 à 40% de surface au sol par rapport à une cellule classique.

De plus, les cellules robotisées collaboratives engendrent un bien meilleur retour sur investissements grâce à la flexibilité du robot permettant son intégration à de multiples projets au sein de l’entreprise au lieu de l’exécution d’un seul mode opératoire comme en robotique traditionnelle. L’utilisation du cobot est donc optimisée à son maximum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*