Orange au coeur d’une nouvelle affaire d’abus de monopole

Orange croule sous les plaintes

C’est un orage bien noir qui plane au-dessus de la compagnie française de télécom Orange. Accusée par trois de ses concurrents d’abuser de sa position dominante sur le marché des entreprises du secteur, SFR, Verizon et Bouygues Télécom lui réclament aujourd’hui pas moins de 2,7 milliards d’euros de dédommagement, un coup dur pour le géant des télécoms.

Une concurrence pleine de jalousie

Il fut un temps ou France Télécom, donc Orange, détenait fermement la place d’opérateur monopolistique en France. Mais les lois ont changé et le monopole est dorénavant interdit. Pourtant, Orange ne cesse de payer les conséquences de son passé, pourtant on ne peut plus légal à ce moment-là, faisant face à de nombreuses plaintes et d’interminables négociations qui traduisent d’un vide judiciaire relatif à ces nouvelles lois.

En effet, bien que les lois aient changé, Orange ne cesse de crouler sous les reproches de ses concurrents relatives à son statut avant ces changements législatifs, nous laissant nous demander si ces poursuites judiciaires sont bien valables et si Orange ne serait pas en train de se faire marcher sur les pieds par des opérateurs qui, malgré tous leurs efforts, ne parviennent pas à rattraper leur concurrent et restent, encore et toujours, jaloux du succès passé du géant des télécoms en France.

La récidive d’une condamnation en 2015

Déjà en 2015, Orange avait été la cible d’une condamnation par l’Autorité de la Concurrence à une amende de 350 millions d’euros, l’amende la plus lourde jamais infligée à une entreprise à titre individuel. Une pénalité basée sur quatre chefs d’accusation, relatifs à des pratiques commerciales irrespectueuses de la concurrence.

Initiée par les plaintes de Bouygues Télécom, en 2008, puis par celles de SFR en 2010, cette amende concernait les pratiques commerciales d’Oranges, considérées comme un frein abusif à l’arrivée d’une libre concurrence sur le marché des entreprises du secteur.

L’orage gronde à nouveau pour Orange

Or, ces derniers mois, ce refrain redevient d’actualité, ouvrant de nouvelles possibilités d’actions judiciaires contre Orange. Et cette fois, ce ne sont pas seulement les opérateurs concurrents qui s’expriment, mais également de nombreuses instance, comme la FIRIP (Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique), l’AVICCA (Association des VIlles et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel), Alternative Telecom, mais aussi des collectivités et des élus et bien d’autres.

Au total, ce sont donc plus de 2,75 milliards d’euros d’amende qui sont demandé à Orange, et ce de la part de Vérizon (215 millions d’euros), de Bouygues Télécom (150 millions d’euros) et de SFR (2.4 milliards d’euros). Et même si les plaignants n’obtiennent pas un gain de cause total sur les sommes réclamées, ce buzz arrive comme un coup dur, très dur, pour le géant des télécom, qui aimerait bien voir l’affaire se terminer plutôt que de se répéter encore et encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*